• Login

Cityzen Data décortique les données spatio-temporelles

Analyser, traiter et exploiter des données de capteurs ou d’objets connectés est un sujet stratégique pour l’industrie du futur. Cityzen Data développe une solution innovante valorisée dans différentes industries.

 

Née en 2013 et siégeant en Bretagne, à Guipavas, Cityzen Data s’est dotée d’une représentation à Marseille qui l’a conduite à se rapprocher de TEAM Henri Fabre. Le 10 novembre 2016, elle était conviée aux « Rencontres Marché Industrie du Futur » organisée avec les pôles Solutions Communicantes Sécurisées et Optitec. Cette entreprise d’une dizaine de collaborateurs a conçu une solution, en open source, d’analyse de données baptisée Warp 10.

« Les capteurs génèrent des flux pouvant être, selon les cas, très importants, jusqu’à des millions ou des milliards par jour, explique Hervé Rannou, le PDG. Pour les référencer, nous nous basons sur leur horodatage et leur localisation. Nous générons des séries dites spatio-temporelles – parce que définies à la fois par le temps et l’espace -, pour les croiser, analyser leur historique, détecter des signaux très faibles ou repérer des corrélations improbables entre les flux, identifier des anomalies ou encore prédire des défauts de fonctionnement ».

Ainsi, cite-t-il pour exemples, Cityzen Data peut travailler sur des quantités de données : un dysfonctionnement du système de contrôle commande dans une usine, une congestion du trafic automobile dans une ville, des anomalies dans les flux bancaires dans la banque, le comportement d’un avion en vol dans l’aéronautique, des prédictions de consommation dans l’énergie ou encore des états de fatigue ou problèmes de sommeil dans la santé … L’entreprise en « investigue d’autres comme la sécurité, où il s’agit de détecter des menaces à partir de données de déplacements, de téléphones mobiles, d’analyse d’accès à des sites internet ou des réseaux sociaux, de contrôles routiers…».

 

Mise en relation directe

 

La start-up, fondée en 2013 par trois spécialistes de la data, a déjà conquis Enedis, Engie, General Electric dans l’énergie, où sa solution peut servir au déploiement de réseaux électriques intelligents, Airbus dans l’aéronautique (Airbus), OVH, Orange, SFR, dans les télécommunications, Eiffage dans la maintenance industrielle…

Dans l’automobile, elle planche actuellement, avec un équipementier français, sur la voiture connectée. Dans l’agroalimentaire, sa solution peut contribuer à prédire un rendement de production à partir de données météorologiques.

« En 2016, avec près de 600 000 euros, nous avons doublé notre chiffre d’affaires », confie le dirigeant.

La diversité de ses clientèles se conjugue bien avec les objectifs « inter-filières » de TEAM Henri Fabre.

« En participant à la journée « Industrie du futur », j’ai découvert que nous avions vraiment des intérêts communs, poursuit Hervé Rannou. Nous discutons depuis avec un autre acteur de l’aéronautique d’une éventuelle coopération et nous espérons convaincre d’autres industriels ».

Pour Stéphane Magana, directeur de TEAM Henri Fabre :

« Il est toujours compliqué pour des start-up d’accéder directement à des donneurs d’ordres qui préfèrent généralement passer par des intégrateurs. Ces derniers peuvent vendre des services qu’ils maîtrisent, sans prospecter forcément sur le marché de nouvelles technologies aptes à fournir une meilleure prestation. La journée du 10 novembre favorisait cette mise en relation directe. Cityzen Data a saisi l’opportunité ».

Pour poursuivre sa croissance et accentuer son développement à l’international, notamment aux États-Unis et en Allemagne, l’entreprise espère réussir une levée de fonds avant la fin 2017.

Jean-Christophe Barla